Boutique

/Boutique
  • Dans sa nouvelle éponyme, Raymond F. Jones propose une sorte d’allégorie des mécanismes de la création. Il y montre qu’une idée neuve est le fruit inconscient d’un processus complexe d’association d’idées hétéroclites et qu’il est possible de créer les conditions propices à stimuler ce processus. La méthode est d’autant plus efficiente que l’on est capable de se départir de son « niveau de bruit » de la pensée (automatismes, archétypes, préjugés, etc.) qui installe peu à peu dans le confort de l’existant et de la certitude, mais tend par là-même à brider l’imagination et à rendre impossible l’émergence de la nouveauté. Noise Level est une tentative d’illustration sonore de cette idée et, comme dans la nouvelle, la bibliothèque y est centrale. Toutes les compositions de ce disque sont construites à partir de sons concrets enregistrés dans des bibliothèques ordinaires. Après transformation, ces sons hétéroclites se fondent dans un nouvel environnement où une machine à café peut bien être un instrument mélodique et les sons de manipulations des livres, un set de percussions. Le geste créatif s’inscrit alors comme trait d’union entre les manifestations concrètes du réel et les imaginaires... crédits : Composed, performed and produced by Gaëtan Gromer. Mastered by Arco Trauma Photographies by Marie Osswald Artwork by Gaëtan Gromer Design by Paskine On Vox'xoV records / 2016  
  • Français [fri:z] fait référence au freeze informatique et à son équivalent mental, lorsque le cerveau interrompt momentanément la marche du temps et que nous ne sommes plus que sensations, comme figés, complètement immergés dans ce que nous vivons. Le disque « raconte » quatre de ces moments, un moment d’épuisement au Kirghizstan (Oroshi), d’étrangeté en Bulgarie (Burgas 0-2), de béatitude au Népal (Aube à Pokhara), et d’intense rêverie suivie d’une sorte d’angoisse agoraphobique (La ville du dessous). Tous les sons de base utilisés dans ces morceaux, ont été enregistrés dans ces endroits avant d’être profondément transformés pour créer ces atmosphères si particulières. crédits : Musique : Gaëtan Gromer Artwork : Yoann Bourreau Mixage : Benjamin Moreau / Kawati Studios Mastering : Arco Trauma Éditeur : Les éditions 2.2 / 2014
  • Broussailles/Reflets est le fruit de la rencontre du musicien Gaëtan Gromer et du plasticien/poète Germain Roesz. Le texte est scandé, murmuré, crié et donne lieu à une saisie du temps. Les sons produits par la voix et les gestes du plasticien/poète sont transformés par le musicien. En retour les formes, les nappes sonores, les rythmes sont incorporés dans le texte et la voix. Une sorte d’atelier poïétique qui improvise des formes déjà là. Une langue dans la langue. Par la voix, la scansion, ouvrir le sens, décaler, en découdre avec les mots. Par les outils numériques, multiplier les possibles, déformer, recomposer, en découdre avec le son.

    Crédits :

    Textes : Germain Roesz Musique : Gaëtan Gromer Photo de couverture : Marie Osswald
    Éditeur : Les éditions 2.2 / 2015
  • Contrebasses: Elodie Peudepièce, Jérôme Fohrer. Composé, mixé and masterisé par Gaëtan Gromer, 2016.