electroacoustic

Accueil/"%s" electroacoustic
2020 11

PAUSE

2020-11-23T15:27:23+01:00Catégories : Mixed music|Mots-clés : , , , , , , |

Musique pour le spectacle d’été de la cathédrale de Strasbourg. Composé avec Antoine Spindler.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Music for the Strasbourg Cathedral summer show. Composed with Antoine Spindler.

Le spectacle d’été de la Cathédrale de Strasbourg 2020 réunit Les Ensembles 2.2 (création sonore) Lnlo (vidéomapping) et Daniel Knipper (mise en lumière) dans une production de BigFamily Event. 

La création sonore utilise toutes les techniques et possibilités offertes par la musique électroacoustique, évoquant les œuvres de Beethoven à l’occasion des 250 ans de sa naissance ainsi que les sons de la ville de Strasbourg.

The Strasbourg Cathedral 2020 summer show brings together Les Ensembles 2.2 (sound creation) Lnlo (videomapping) and Daniel Knipper (lighting) in a production of BigFamily Event.

The sound creation uses all the techniques and possibilities offered by electroacoustic music, evoking the works of Beethoven on the occasion of his 250th anniversary and sounds of Strasbourg.

Vidéo : StrasTV

2020 04

Ec(h)o

2020-06-03T10:53:14+02:00Catégories : Poetry|Mots-clés : , , , , , , |

Musique pour un parcours de poésie sonore géolocalisé sur la presqu’île Malraux à Strasbourg. Textes écrits et lus par Claudine Bohi et Germain Roesz. Le parcours est disponible sur l’application GOH.

– – – – – – – –

Music created for a geolocated sound poetry course on the Malraux peninsula in Strasbourg. Texts are written and read by Claudine Bohi and Germain Roesz. The route is available on the GOH app.

Dans Ec(h)o, des artistes composent un parcours sonore à partir d’éléments collectés dans un lieu et auprès de ses habitants. Le résultat est accessible, grâce à une application pour smartphone (GOH), à l’endroit même de la collecte. 

Au fil de sa déambulation, l’auditeur avance vers ce qui est caché mais pourtant présent, un monde créé et posé là,  un autre regard sur un endroit du quotidien. 

Il s’agit tout simplement, comme l’a magnifiquement écrit Claudine Bohi dans Entre les mots, d’ « élargir l’étroit ». 

In Ec(h)o, artists compose a soundwalk from sound elements collected in a place and its inhabitants. The result is accessible through a smartphone application (GOH).

During his stroll, the listener advances towards what is hidden but yet present, a world created and posed there, another look at a place in everyday life.

It is simply, as Claudine Bohi beautifully wrote in Entre les mots, « to widen the narrowness ».

Photos © Albert Weber

2019 08

Chants d’oiseaux

2020-05-25T11:32:29+02:00Catégories : Mixed music|Mots-clés : , , , , |

Programme hommage à Olivier Messiaen impliquant un dialogue entre orgues, musique électroacoustique et de vrais oiseaux. Première de cette version du programme, le 23 aout 2019, en l’Eglise Saint Pierre Le Vieux à Strasbourg pour le festival Stras’orgues.

Program created in tribute to Olivier Messiaen involving a dialogue between organs, electroacoustic music, and real birds.

Premiere on August 23, 2019, in the Saint Pierre Le Vieux Church in Strasbourg for the Stras’orgues festival.

O Messiaen : Chants d’oiseaux, du Livre d’orgue
G. Gromer : Chants d’oiseaux #1, pour oiseaux et électronique
O Messiaen : La joie de la grâce, du Livre du Saint Sacrement
G. Gromer : Chants d’oiseaux #2, pour oiseaux et électronique
Improvisation pour oiseaux, orgues et électronique

Guillaume Le Dréau, orgue/ organ

Gaëtan Gromer, électronique / electronic

LagenceVoid, scénographie / scenography

Les Ensembles 2.2 , booking

O Messiaen: Bird songs, from the Organ Book
G. Gromer: Bird songs #1, for birds and electronics
O Messiaen: The joy of grace, of the Book of the Blessed Sacrament
G. Gromer: Bird songs #2, for birds and electronics
Improvisation for birds, organs and electronics

Guillaume Le Dréau, organ

Gaëtan Gromer,  electronic

LagenceVoid, scenography

Les Ensembles 2.2 , booking

photos & video © Nicolas Goujon

2019 04

Le périple

2020-05-25T11:34:16+02:00Catégories : Mixed music|Mots-clés : , , , , , , |

pour alto, ensemble vocal et électronique en 5 mouvements. Création le 18 avril 2019 par l’Ensemble Vocal Magellan pour le concert de la Passion en l’Eglise St Thomas à Strasbourg. Durée : 25 minutes.

 – – – – –

Viola, vocal and electronic ensemble in 5 movements. Created on April 18, 2019 by the Vocal Magellan Ensemble for the Passion concert in St Thomas Church in Strasbourg. Duration: 25 minutes.

Photos © Adrien Fuchs

2018 12

Laisse le vent du soir décider

2020-05-28T16:47:59+02:00Catégories : Stage Music|Mots-clés : , , , , |

musique pour le spectacle Laisse le vent du soir décider de Espèce de Collectif. Danse contemporaine. Création au CCAM de Vandoeuvre le 19 décembre 2018.

+d’infos

 – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Music for the show Laisse le Vent du Soir Décider by Espèce de Collectif. Contemporary dance. Creation at CCAM de Vandoeuvre on December 19, 2018.

+d’infos

Laisse le vent du soir décider, c’est le titre du spectacle. Nous sommes trois, tels trois pièces d’un mécanisme, et nous cherchons à constituer un assemblage robuste. Il s’agit en fait de trouver le bon ajustement.

Ici, rien n’est statique mais en quête permanente d’équilibre. Trois, cela devrait mener à la stabilité et c’est bien le contraire qui se produit.Voilà, nous sommes pris dans le rouage d’une forme chaotique. Nous explorons les buttées d’un corps qui résiste, qui ne veut pas devenir machine. L’esprit attiré par l’élévation, les formes pures qui ne trouvent que matière brute et craquement. La nécessité de redonner du jeu là où le mouvement se bloque.C’est dans la construction, une projection de nous-même, que nous allons chercher à nous comprendre, à nous apprivoiser. Trouver la logique dans un assemblage où le degré de liberté est incertain. L’accumulation des contacts produit du mouvement, du désordre, de la joie. Il n’est pas toujours facile de comprendre la complexité d’une logique saturée de directions.Alors Laisse le vent du soir décider résonne comme un idéal, un abandon, une promesse d’organisation sans hiérarchie, sans commande. Quel peut être ce moteur en nous, qui autorise cette organicité ?

« Laisse le vent du soir décider » (let the evening wind decide), that’s the title of the show. There are three of us, like three parts of a mechanism, and we are looking to build a robust assembly. It’s actually about finding the right fit.

Here, nothing is static but in constant search for balance. Three, it should lead to stability and the opposite is the case. Here we are, caught in the wheel of a chaotic form. We explore the abutments of a body that resists, that does not want to become a machine. The spirit attracted by the elevation, the pure forms which find only raw material and creaking. The need to restore play where movement is blocked. It is in construction, a projection of ourselves, that we will seek to understand ourselves, to tame ourselves. Find logic in an assembly where the degree of freedom is uncertain. The accumulation of contacts produces movement, disorder, joy. It’s not always easy to understand the complexity of a logic saturated with directions. So « laisse le vent du soir décider » sounds like an ideal, an abandonment, a promise of organization without hierarchy, without command. What can be this engine in us, which authorizes this organicity?

DISTRIBUTION

Danse […]

2018 09

Hacking Garden

2020-05-22T12:26:33+02:00Catégories : Mixed music, Stage Music|Mots-clés : , , , , , , |

Musique pour un concert au centre d’un dispositif de spatialisation sonore pour huit enceintes et d’une scénographie de jardin éphémère avec mapping monumental sur la façade de l’opéra de Strasbourg.

Music for a concert at the center of a sound spatialization device for eight speakers and an ephemeral garden scenography with monumental mapping on the facade of the Strasbourg’s Opera house.

Création à l’Opéra National du Rhin de Strasbourg, les 25 et 27 septembre, dans le cadre du festival Musica et en partenariat avec l’Ososphère.

Quatre compositions qui se mêlent à celles d’Antoine Spindler et Christophe Fourmaux.

– avec Antoine Spindler (alto), Christophe Fourmaux (saxophone), GSTN (beat making), Gaëtan Gromer (sound design), Julie-Anne Weber (vidéos) and Philippe Arlaud (scénographie).

Premiere at the Opéra National du Rhin in Strasbourg, September 25 and 27, 2018, as part of the Musica Festival and in partnership with Ososphère.

Four compositions that mix with those of Antoine Spindler and Christophe Fourmaux.

– with Antoine Spindler (viola), Christophe Fourmaux (saxophone), GSTN (beat making), Gaëtan Gromer (sound design), Julie-Anne Weber (videos) and Philippe Arlaud (scenography).

photos © Klara Beck, Philippe Groslier, Adrien Fuchs

2018 04

Ga Bu Zo Meu, les Shadoks reloaded, un nouvel espoir…

2020-05-25T11:41:17+02:00Catégories : Stage Music|Mots-clés : , , |

Spectacle collectif hommage aux Shadoks pour leurs 50 ans. Pour un récitant, un illustrateur live et deux musiciens. La musique, co-écrite avec Antoine Spindler, comporte de multiples clins d’oeil à la musique électroacoustique de Robert Cohen-Solal. Création le 29 avril 2018 au Théâtre National de Strasbourg à l’invitation du Shadok et du musée Tomi Ungerer.

Collective show tribute to the Shadoks for their 50 years. For a narrator, a live illustrator and two musicians. The music, co-written with Antoine Spindler, has multiple references to the electroacoustic music of Robert Cohen-Solal. Created on April 29, 2018 at the Théâtre National de Strasbourg at the invitation of the Shadok and the Tomi Ungerer Museum.

Arthur Gander, comédien

Stéphane Perger, illustrateur

Gaëtan Gromer, électroacoustique

Antoine Spindler, électroacoustique

Arthur Gander, actor

Stéphane Perger, illustrator

Gaëtan Gromer, electroacoustics

Antoine Spindler, electroacoustics

illustrations © Stéphane Perger

2017 12

Évaporation silencieuse

2020-06-22T14:39:06+02:00Catégories : Installations|Mots-clés : , , , , , |

Musique pour l’installation Évaporation silencieuse de Nicolas Schneider qui explore les relations entre arts et paysages sur la Route du Sel, datant de l’époque celte et reliant Marsal à Trèves.

– – –

Music for the installation Evaporation Silencieuse by Nicolas Schneider that explores the relationship between arts and landscapes on the Salt Route, dating from the Celtic era and linking Marsal to Trier.

Évaporation Silencieuse est, au départ, une série de dessins exposés sur un meuble prenant la forme des routes explorées. Ici, il s’agit de la Route du Sel au départ de Marsal. Cette oeuvre est désormais devenue un dispositif collaboratif de relations croisées entre artistes et paysages. Nicolas Schneider y rencontre, pour cette exposition, Gaëtan Gromer. Équipé de microphones hydrophoniques, celui-ci arpente physiquement ces mêmes routes pour en donner à écouter une composition réalisée à partir de leur paysage sonore, ramené à l’échelle de la pièce dans une installation utilisant des balises de localisation du public.

Evaporation Silencieuse was, at the beginning, a series of drawings displayed on a piece of furniture taking the form of the routes explored. Here, it is the Salt Route from Marsal. This work has now become a collaborative device for cross-relationships between artists and landscapes. Nicolas Schneider is collaborating for this exhibition with Gaëtan Gromer. Equipped with hydrophonic microphones, this one physically walks these same roads to give them to listen to a composition made from their soundscape, brought to the scale of the room in an installation using public location beacons.

photos © Naohiro Nimomiya, Gaëtan Gromer

2017 05

Entre les mots

2020-05-25T11:42:59+02:00Catégories : Mixed music, Poetry|Mots-clés : , , , , , |

pour ensemble vocal et électronique en 3 mouvements. Texte de Claudine Bohi. Durée : 22 minutes. Création le 06 mai 2017 par l’Ensemble Vocal Variations à la Vill’a, Illkirch Graffenstaden. Il existe une version pour récitant et électronique, créée à La Commanderie des Templiers à Elancourt le 21 mars 2019.

Vocal and electronic ensemble in 3 movements. Text by Claudine Bohi. Duration: 22 minutes. Created May 06, 2017 by l’Ensemble Vocal Variations à la Vill’a, Illkirch Graffenstaden. There is a version for narrator and electronic, created at La Commanderie des Templiers in Elancourt on March 21, 2019.

photos © Dominique Biellmann

2016 09

Noise Level

2020-05-22T12:27:11+02:00Catégories : Albums|Mots-clés : , , , , |

Album publié chez VoxxoV Records. Sélectionné  dans le Top 10 des meilleurs albums Drone 2016 par A closer Listen.

Album published on VoxxoV Records. Selected in the Top 10 best Drone albums of 2016 by A closer Listen.

Quelques autres critiques / Some other reviews : Silence & Sound (fr), So What (it), Igloo Magazine (usa), Aural Aggravation (usa), Chain DLK (usa)

Dans sa nouvelle éponyme, Raymond F. Jones propose une sorte d’allégorie des mécanismes de la création. Il y montre qu’une idée neuve est le fruit inconscient d’un processus complexe d’association d’idées hétéroclites et qu’il est possible de créer les conditions propices à stimuler ce processus.

La méthode est d’autant plus efficiente que l’on est capable de se départir de son « niveau de bruit » de la pensée (automatismes, archétypes, préjugés, etc.) qui installe peu à peu dans le confort de l’existant et de la certitude, mais tend par là-même à brider l’imagination et à rendre impossible l’émergence de la nouveauté.

Noise Level est une tentative d’illustration sonore de cette idée et, comme dans la nouvelle, la bibliothèque y est centrale. Toutes les compositions de ce disque sont construites à partir de sons concrets enregistrés dans des bibliothèques ordinaires. Après transformation, ces sons hétéroclites se fondent dans un nouvel environnement où une machine à café peut bien être un instrument mélodique et les sons de manipulations des livres, un set de percussions. Le geste créatif s’inscrit alors comme trait d’union entre les manifestations concrètes du réel et les imaginaires…

In his eponymous short story, Raymond F. Jones proposes a sort of allegory of the mechanism of creation. He shows that a new idea is the fruit of an unconscious and complex process of heterogeneous association of ideas, and that it is possible to create favorable conditions to stimulate this process.

This method is even more efficient when one is capable of losing the « noise level » in its thoughts (automatism, archetypes, prejudices…), that gradually confines the mind to the comfort of existent
and certainty, and thereby tends to restrict imagination and make the emergence of newness impossible.

Noise Level is an attempt of sound illustration of this idea and, like in the short story, the library holds a central place. All compositions in this disc are built from real sounds recorded in ordinary
libraries. After transformation, these heterogeneous sounds blend into a new environment, where a coffee machine might as well be a melodic instrument and the sounds of book handling, a
percussion set. The creative gesture then represents a link between the concrete manifestations of reality and the imaginaries…

 

paru le 19 septembre 2016

Musique : Gaëtan Gromer.
Mastering : Arco Trauma
Photographies : Marie Osswald
Illustrations : Gaëtan Gromer
Design […]